À propos de l’édition

Date A Live Scelle le Puissance Destructrice des Esprits avec… un Baiser ?

Préférant ne pas interagir avec le sexe opposé à moins d’y être contraint, Itsuka Shido n’a a priori rien d’un homme à femmes. Mais sa sensibilité au-dessus de la moyenne et sa capacité à montrer de la compassion et de l’approbation à ceux qui s’y attendent le moins en font un véritable tombeur, bien malgré lui. Bien sûr, être forcé à flirter avec des manifestations d’êtres célestes ancestraux est loin d’être idéal, mais quand ta seule alternative est de laisser lesdits esprits vagabonder où bon leur semble pour après devoir en assumer les conséquences, il y a de quoi te faire relativiser.

Et si l’intégrité du monde ne dépendait plus que de tes talents de drague ? Serais-tu capable de séduire des créatures d’un autre monde et de dompter leurs capacités super-naturelles afin de les empêcher de semer la pagaille ?

Date A Live ne Laisse Rien à la Chance

Une approche cohérente et spécifique dans la conception de l’extension peut se sentir à travers ses cartes, en commençant par le costaud finisher "Worst Spirit" Kurumi* et ses trois capacités d’attaque possibles. De tels effets modaux garantissent que la carte ne sera jamais une mauvaise pioche, quelle que soit la situation de la partie. Dans le même style, on peut aussi inclure Kotori, To Save the Spirits*, qui peut s’auto-remplacer et booster votre terrain, de même que l’event notoire My Little Shido.

Penchons-nous maintenant sur une paire de cartes représentant Kurumi, qui agira différemment selon le nombre de cartes dans votre clock area, un gimmick apparu pour la première fois sur les cartes Date a Live de l’extension Fujimi Fantasia Bunko : Kurumi, Power to Rewind Time* et Kurumi, Swaying Heart*. Si elles sont déjà très fortes toutes seules, il vaut peut-être mieux les jouer ensemble en conjonction avec Kurumi, Transfer Student* ou Kurumi, Positive Approach* pour constamment disposer du meilleur effet approprié à la situation.

Lorsque l’on considère que l’une des critiques les plus récurrentes que l’on fait au jeu de cartes Weiss Schwarz est celle de l’importance de la variance dans la résolution des parties, et quoi qu’on pense de la validité d’un tel argument, une extension telle que Date a Live se démarque véritablement des autres à travers la liberté qu’elle laisse au joueur. Il n’y avait jamais eu autant d’effets modaux au sein d’une seule et même extension auparavant, et le nombre de décisions que l’on doit faire à chaque tour en pilotant le deck peut parfois en devenir éreintant. Ainsi, s’il est à la fois plus difficile de jouer de façon optimale, étant donné qu’il est désormais moins évident de trouver la meilleure séquence de jeu dans une situation donnée et selon chaque variable ajoutée, le potentiel d’une telle liberté de jeu est immense, grâce notamment à une possibilité d’adaptation inégalée permise par le nombre impressionnant d’options disponibles.

Une Menace pour la Santé de la Méta ?

Il est temps de parler du sujet qui fâche : Bushiroad a confirmé que l’édition anglaise de Date a Live ne recevrait aucun errata, malgré le fait qu’elle ait été frappée par plusieurs bans du fait de sa sur-représentation et de ses résultats en compétition. Seul le temps nous dira si cette décision était la bonne, mais pendant ce temps, les joueurs qui souhaiteraient investir dans l’extension ne devraient pas perdre de vue que cette performance sera surveillée de près par l’Organized Play.

Date a Live sort à l’international le 26 mars 2021, alors n’hésite pas à consulter l’inventaire de Cardmarket dès que tu en auras l’occasion !

* Nom anglais non officiel.


cardPreview